Blog

Pas sans mon frère

#scène de vie , #amitié , #international
Scène de vie à L'Arche avec des personnes handicapées mentales

En 1995, des membres de L’Arche en Syrie rencontrent deux frères, Rassan et Youssef. Il y a beaucoup de fidélité et d’amour entre les deux frères. Rassan est le plus âgé, mais aussi le plus handicapé. Rassan ne peut pas marcher : pour avancer, il se traîne sur la terre battue avec ses mains. 

- Je ne crois pas qu’on puisse accueillir Rassan… dit Rima, la fondatrice de L’Arche en Syrie. Toutes les chambres sont à l’étage. Mais Youssef c’est possible.

Elle fait visiter le nouveau foyer de L’Arche à Youssef en lui expliquant :

- Tu peux venir habiter ici si tu veux.

- Pas sans mon frère, répond Youssef.

- Tu pourras visiter ton frère chaque dimanche. 

- Je ne pars pas sans mon frère, insiste Youssef.

Alors L’Arche a accueilli les deux frères.

Chaque matin Assad, un assistant, devait prendre Rassan dans ses bras pour le descendre au petit déjeuner. Il fallait ensuite  le remonter puis le redescendre, plusieurs fois par jour. Ils ont fonctionné comme ça pendant 3 semaines jusqu’à ce qu’Assad dise : 

- Ce n’est plus possible. 

Rima et Assad étaient en train de décider de ne pas garder Rassan lorsqu’ils ont vu, de l’autre côté de la cour, Youssef et Rassan descendant l’escalier. Rassan tenait la rampe d’un côté et son frère de l’autre. Ses jambes étaient très faibles… Il marchait pour la première fois. 

Rassan est resté à L’Arche, et après deux mois il marchait presque comme tout le monde.

En savoir plus

TU - VEUX - DANSER - AVEC - MOI ?

#scène de vie , #fête , #international


En 1976 à L’Arche de Toronto, il y avait ce qu’on appelait des soirées Coffee House ; l’idée c’était de proposer à des groupes de jeunes de venir danser un samedi tous les 2 mois. Parmi eux un jeune de 19 ans, Billy, vient à cette soirée avec l’idée de faire connaissance avec les personnes ayant un handicap. Dans la salle, tout le monde est assis et quelques personnes commencent à danser. Billy voit une femme handicapée et se lève pour l’inviter à danser, et comme il ne sait pas comment communiquer avec elle il sur-articule : 

BON - SOIR - TU - VEUX - DANSER - AVEC - MOI ?

Sauf que cette jeune femme n’était pas handicapée... Elle-même présente à cette soirée pour la première fois, répond à ce pauvre bonhomme handicapé  : 

- OUI - JE - VEUX - DANSER

Et ils commencent à danser d’une façon très rigide en pensant que l’autre est handicapé. 

Aujourd’hui ils sont mariés et ils ont 5 enfants…

En savoir plus