Aimer tout simplement

Les personnes ayant une déficience intellectuelle sont essentiellement des personnes de coeur. 

Lorsqu’elles rencontrent les autres, elles invitent à aimer, tout simplement.

Découvrez les petites histoires de L'Arche !

« Simplement moi-même »

Je n’avais jamais rencontré en profondeur une personne en situation de handicap mental. Je me suis trouvé rapidement en difficulté dans la vie au foyer. Je voulais me montrer toujours au service, souriant et faire bonne figure. Mais je me suis fatigué. 

Un jour, alors que j’étais un peu découragé, j’ai reçu un câlin d’une des personnes du foyer. Je me suis senti soulagé et heureux d’être soutenu par une « personne accueillie ». Alors j’ai commencé à découvrir ce qui fait la richesse de L’Arche : être simplement soi-même sans porter des masques de « bonté » ou de « bonheur » tout le temps. »

Rodrigo, frère de Taizé depuis 3 ans, qui passe un an dans un foyer de L’Arche des Trois Fontaines


personnes ayant un handicap de L'Arche en Anjou

« Sans faux semblant »

J’ai découvert que ce que je cherchais depuis tant d’années se vivait quotidiennement à L’Arche auprès des personnes ayant un handicap mental : une relation sans faux-semblant, dans une amitié confiante donnée sans calcul, sans retenue. Je suis profondément remué par la relation humaine qui se noue avec ces personnes fragiles. La rencontre au quotidien avec Daniel, Jean-Félix, Michèle et beaucoup d’autres a été pour moi la révélation que la relation empreinte d’une simplicité proche du « cœur à cœur » dont ces personnes fragiles ont le don, est une magnifique école de vie. à L’Arche, j’ai choisi de vivre la grâce de la fragilité, celle des autres mais peut-être aussi surtout, la mienne. »

Etienne,  Directeur de L’Arche à Cognac 


Des gens normaux

Avant que j’arrive à L’Arche, j’étais dans un institut où je prenais le train tous les jours et je voyais des SDF à la gare de Quimper. La première chose que je faisais le matin c’était d’aller les voir. Je me disais : Si on les considérait comme des gens normaux... Oui, si on considère que les SDF sont des personnes avant tout, je pense que la vie déjà pourrait avancer. »

Léo, personne accueillie à L’Arche le Caillou Blanc

« Hommes énervés »

Jean-Claude et moi habitions dans le même foyer. Un été, nous sommes partis en vacances en voiture vers Honfleur, serrés à quatre sur la banquette arrière. Jean-Claude, qui était assez angoissé, se promenait toujours avec une petite radio. à côté de moi à l’arrière, il avait donc sa petite radio qui commençait sérieusement à me casser les oreilles. Je lui demande de baisser le volume mais il me répond « Non. » Excédés, on s’est retrouvés à se disputer violemment. Jean-Claude raconte toujours cette histoire avec un sourire jusqu’aux oreilles : « Tu te souviens quand on s’est tapés dans la voiture ? Moi énervé. Toi énervé. Hommes énervés. » Je crois que cette fois où nous nous sommes battus était aussi notre première rencontre. Il n’y avait plus un éducateur et une personne handicapée, juste deux hommes également excédés. »

Stephan, assistant à L’Arche à Paris, aujourd’hui Directeur de L’Arche Internationale

« Pas d’argent, pas de paquet »

Alain* était un gros fumeur, alors on lui distribuait ses cigarettes au fur et à mesure pour qu’il ne grille pas son paquet en un coup. Cette méthode ne lui plaisait pas trop et un jour il se rendit au bureau de tabac. Il demande un paquet. Le vendeur lui dit : - 9F90. Alain sort de sa poche tout ce qu’il a : 10 cts. 

- Pas d’argent, pas de paquet, répond le buraliste. 

Alain : - J’ai pas d’argent mais j’ai envie de fumer.

- Alors je t’en offre une, concède le buraliste sympatique. Et ils sortirent ensemble pour fumer. Alain avait ainsi gagné une cigarette et quelqu’un avec qui la partager ! »

Scène de vie à L’Arche de La Ruisselée, près du Mans

"Aimer quelqu’un, c’est bien sûr vouloir faire des choses pour lui, mais c’est surtout être présent pour lui révéler sa beauté et sa valeur, et l’aider à avoir confiance en lui. Aimer, c’est aussi laisser l’autre toucher ma fragilité et lui donner l’espace de m’aimer."

Jean Vanier Fondateur de L’Arche


L'Arche, c'est une histoire... d'amour :)

Je donne pour :

Construire de nouveaux bâtiments et rénover les plus anciens

Fonder de nouvelles communautés en France

Faire connaître L’Arche auprès des jeunes

Encourager la vocation spirituelle de L’Arche (lieux de prière, retraites)

Soutenir la Fédération de L’Arche en France pour promouvoir son projet dans notre société

Soutenir L’Arche Internationale et les communautés des pays plus fragiles