Blog

L’équipe AXA Global Life en visite à L’Arche à Trosly !

#entreprise

Presque un an après la fin de notre partenariat « Fil Rouge » avec l’association AXA Atout Cœur, l’histoire continue ! Le 22 novembre dernier, L’Arche à Trosly a accueilli l’ensemble de l’équipe d’AXA Global Life pour une journée solidaire au sein des ateliers de son ESAT*.

Répartis en deux petits groupes, nos volontaires d’un jour sont partis à la rencontre des personnes ayant un handicap mental en venant travailler à leurs côtés le temps d’une matinée et d’un après-midi.  Au programme : ateliers poterie, mosaïque, sous-traitance, le tout sous l’œil préconisateur des membres de l’ESAT dont le travail demande beaucoup de minutie !

De belles discussions, un déjeuner convivial partagés tous ensemble, une partie de football entre AXA et les membres de l’ESAT pour digérer… Quelle journée !

Pour beaucoup, cette journée était une première rencontre avec une personne ayant un handicap mental. Simplicité, lâché-prise, bienveillance… autant de mots qui sont ressortis à la fin de cette journée singulière pour tout le monde !

 

Quelques témoignages….

 

Philippe Commageat, AXA : « Une journée d’immersion, de découverte. Alors on se lâche, et ça fait du bien. Une vraie respiration. »

 Jean-Fabrice AKa-Boissy, AXA : « Le mot qui me vient à l’esprit : la gentillesse. La gentillesse des personnes avec qui on a travaillé, qui ont été sincères, ouvertes, qui nous ont expliqué les choses. »

 Hillary Moreira-Silveira, AXA : « Aujourd’hui, je me suis rendue compte que la communication était simple. »

 Laetitia, membre ESAT : « Vous nous amenez un regard qu’avant je n’aurais pas supporté. Un regard où on me regarde comme je suis. »

 Liliane, AXA Atout Cœur : « Ce qu’on ressent entre tout le monde c’est de la bienveillance et le bonheur (…) On a le plaisir de vous rencontrer, et vous avez le plaisir de nous recevoir. J’ai hâte de revenir. »


*ESAT: Etablissement et Service d'Aide par le Travail 

Interview d'un salarié de Delfingen Industry, une entreprise par essence solidaire

#entreprise

Les salariés de Delfingen Industry* sont venus partager le quotidien de plusieurs communautés de L’Arche un peu partout dans le monde, notamment en France à Grenoble, Anteuil et Dijon.
L’un d’entre eux, Olivier Thudor, a accepté de revenir sur cette journée et nous livrer son point de vue sur la question du handicap en entreprise.

Bonjour Olivier, quel est votre poste chez Delfingen et depuis combien de temps y travaillez-vous ?

Je suis assistant fonctionnel pour le service Informatique. J’accompagne les « métiers » à prendre en main et à utiliser les technologies déployées dans le groupe. Je travaille pour Delfingen depuis septembre 2014.

Vous avez passé une journée avec des personnes accueillies de L’Arche. Racontez-nous…

J’ai eu l’opportunité de partager 4 journées avec des personnes accueillies de L’Arche (une journée à Dijon, deux journées à Grenoble et une journée à Anteuil). Le séjour de Grenoble nous a permis de partager de nombreux instants privilégiés. Nous avons pu participer aux activités les deux jours durant, ce qui a diminué l’effet « invité » et ainsi notre relation ne s’est pas limitée à quelques échanges pour faire connaissance. C’est lors des repas que chacun se révèle et je me suis alors retrouvé au milieu d’une famille nombreuse, c’était extra.

Avez-vous une anecdote qui vous as touchée, un parcours qui vous marqué ?

Plus encore que les personnes en situation de handicap, ce sont les accompagnants qui m’ont impressionné. Certains d’entre eux ont quitté le schéma « classique » (et admis comme « normal ») de notre société, où il est établi ce que l’on se doit d’acquérir (un statut social valorisant, des richesses…). Et tout en participant à la société, ils restent libres des conventions.

Comment le handicap est-il intégré dans votre entreprise ?

L’entreprise a initialement été créée pour donner du travail à une personne handicapée et depuis les personnes handicapées ont toutes leur place au sein de l’entreprise.

Le fait que votre entreprise joue un rôle dans l’intégration du handicap dans la société est-ce important pour vous ? Pourquoi ?

C’est important. Devant l’essoufflement du système social (particulièrement au niveau des financements), il est important que le secteur privé participe à prendre soin de tous. Si toute la société agit, les individus (confrontés au handicap de leurs proches) ne sont plus isolés et démunis. Ils n’ont pas à faire le choix entre prendre soin de leurs proches ou vivre comme tout un chacun.

Plus généralement, comment cela peut-il influencer la façon de concevoir la vie en entreprise du point de vue collaborateur ?

La présence de personnes en situation de handicap dans une entreprise modifie positivement la communication, la transmission du savoir et l’organisation. Une entreprise pensée pour l’accueil des personnes en situation de handicap est une entreprise qui a su prendre en considération de nombreux paramètres (flux de circulation, transmission de l’information, écoute des collaborateurs…). Des collaborateurs en situation de handicap au sein d’une entreprise, c’est un atout fonctionnel.

Selon-vous, comment l’entreprise de façon générale, peut jouer un rôle encore plus important dans l’insertion des travailleurs en situation de handicap ?

Tout comme se développe l’apprentissage, l’entreprise devrait créer des binômes (valide et personne en situation de handicap). Le travail d’une équipe est souvent supérieur à la somme du travail des membres qui la compose.

 

*Delfingen Industry est une entreprise spécialisée dans l’équipement automobile fondée en 1954 par Emile Streit, dans le but notamment de fournir un emploi à sa sœur, Jeannette Streit, handicapée de la polio. Le fils d’Emile Streit et Michèle Streit était également handicapé et a trouvé une place au sein de l’entreprise.

Celle-ci a toujours intégré le handicap dans son développement et souhaite aujourd’hui à travers sa fondation créée en 2007, inciter ses collaborateurs à aller directement à la rencontre de personnes en situation de handicap pour contribuer à faire tomber les barrières entre ces deux mondes.